miercuri, 1 decembrie 2010

Le jeu théâtral

             En Roumanie, peu d’enseignants utilisent en classe le jeu théâtral, parce qu’il s’agit d’une implication totale de la part de l’enseignant et de ses élèves. C’est une expérience plénière. L’enseignant doit complètement abandonner son statut et son pouvoir formel. Il devient un simple participant au jeu et apparemment rien ne le distingue de ses élèves. Pourtant il est là, parmi eux, et travaille en dynamique de groupe.  Les élèves ne s’en aperçoivent pas et c’est le mieux, puisque la médiation est efficace quand elle reste inaperçue aux yeux des élèves.


            Emilia Munteanu écrit dans son livre „Eléments pour une sémiologie du théâtre”[1] tout un chapitre sur le jeu théâtral et ses avantages dans l’apprentissage d’une langue étrangère. On peut bien proposer aux élèves certains des exercices décrits dans le livre dans la phase d’échauffement qui est d’ailleurs fondamentale pour la création du cadre et l’atmosphère indispensables au développement d’attitude et d’aptitudes relationnelles dans l’apprentissage. C’est une phase de sensibilisation qui favorise le lien entre l’expression non verbale et l’expression verbale, le développement de l’expression spontanée et l’intégration dans le groupe par la mise en confiance. D’autres exercices peuvent être utilisés aux différents moments de la classe de FLE. L’auteur le précise d’ailleurs : „Quant à l’intérêt didactique,  il n’y a pas de meilleur exercice pour apprendre la prononciation et la grammaire françaises tout en jouant.” [2]


          Le jeu théâtral permet le mieux à développer la compétence relationnelle dans la situation d’apprentissage d’une langue. Il s’agit d’une pédagogie alternative[3] avec orientations et objectifs différents de ce qui est officiellement reconnu et largement enseigné. Le changement du rapport pédagogique, dû à l’abandon du manuel qui n’est plus le principe organisateur des activités, „entraîne un changement d’attitude fondamental avec d’importantes conséquences pédagogiques.”[4]


            D’après Daniel Feldhendler, les principales caractéristiques de ce nouveau rapport pédagogique sont :
·        Des contenus déterminés par et avec le groupe, en fonction des besoins et de demandes particuliers ;
·        L’enseignant favorise l’expression personnelle et globale de chacun et facilite la mise en relation des participants d’un groupe ;
·        L’enseignant fait appel à une structure didactique qui tient compte d’une progression relationnelle parce la langue est une langue vécue, un support relationnel pour les interactions au sein du groupe classe;
·        Le recours à des „activités-cadre” structurantes et dynamisantes qui par leurs fonctions de catalyseurs favorisent l’écoute et le désir d’expression ;
·        Les actes de parole de chacun naissent dans l’Ici et Maintenant de la situation[5]
·        La réalisation de l’expression de soi est le premier pas vers l’autonomie ;
·        Chaque personne se sent interpellée, concernée et motivée à participer à la vie du groupe-classe.

            Le jeu théâtral s’appuie sur cette pédagogie de la relation qui insiste particulièrement sur le développement de la personnalité créatrice par le jeu et l’expression spontanée, l’interaction dans le groupe, la rencontre authentique et congruente dans l’action.

© Virginia Braescu, professeur de FLE, médiateur et formatrice pour l'éducation des adultes

[1] Emilia Munteanu (2008), „Eléments pour une sémiologie du théâtre”, ed. Sf. Mina, Iasi , p.128 - 149
[2] Idem, Op. cit., p. 148  
[3] Cf. Daniel Feldhendler, „Développer la compétence relationnelle dans la situation d’apprentissage d’une langue”, in „Le Français dans le Monde” ; „Numéro spécial La didactique au quotidien”, Hachette, juillet 1995, p. 208 – 215.
[4] Idem, p. 209  
[5] Point commun avec la médiation, la Gestalt et les nouvelles thérapies en général .

Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu